You are currently browsing the monthly archive for novembre 2008.

Allez voir par ici !!!

Depuis sa nomination en mai 2007, le ministre de l’éducation nationale, M. Xavier Darcos, avait déjà à son actif :
• La suppression de la carte scolaire, qui institue la concurrence entre écoles et accélère la formation de ghettos scolaires ;
• La promulgation de « nouveaux » programmes (dont les rédacteurs ne sont toujours pas connus !) contraires à l’avis de la profession et des chercheurs, après une mascarade de concertation, menée dans la précipitation ;
• La diminution de 2 h du temps hebdomadaire d’enseignement (l’équivalent de 3 semaines par an !) et la réorganisation de la semaine décidée contre les préconisations des professionnels et des spécialistes des rythmes scolaires ;
• Le discrédit jeté sur l’action des enseignants de l’école publique, notamment en trompant l’opinion sur les performances de l’école française dans les évaluations internationales et sur le coût réel de notre école ; il ne cesse d’accréditer l’idée, portée par les groupes ultralibéraux, mais démentie par les spécialistes, que les résultats français sont plus mauvais que la moyenne et en baisse et que les dépenses sont plus élevées que nos voisins et en hausse ;
• Des déclarations insultantes sur les maternelles considérées comme de simples garderies où le travail des enseignants consiste à « surveiller la sieste et à changer les couches » ;
• La disparition programmée des IUFM, revenant à supprimer la formation professionnelle, au lieu de chercher à l’améliorer ;
• L’étranglement financier des associations éducatives complémentaires de l’enseignement public ;
• Les atteintes au droit syndical, au paritarisme et au droit de grève ;
• La mise en place du fichier base-élèves, comportant des données qui mettaient gravement en cause les libertés individuelles et le droit à l’éducation des enfants étrangers, quel que soit le statut de leurs parents ;
• Le financement (pour 220 000 euros) d’une officine privée qui doit surveiller les prises de position des enseignants sur le web, « repérer les leaders d’opinion, les lanceurs d’alerte et analyser leur potentiel d’influence et leur capacité à se constituer en réseau ».

Il vient aussi de faire inscrire dans le budget 2009 :
• La suppression brutale de 3 000 postes d’enseignants spécialisés des RASED, tout en proclamant vouloir diviser par 3 le taux d’élèves en grande difficulté scolaire et en tentant de faire croire que la mise en place des 2 h d’aide personnalisée pourrait remplacer le travail des enseignants spécialisés ;
•  La baisse de 30 % des postes mis au concours en 2009 et, par voie de conséquence, de la formation continue remplacée par les PE2, avant sa disparition totale en 2010…

Tout récemment, il a confirmé que trois autres « réformes » seront mises en place en 2009 :
• La création de l’Agence nationale du remplacement, qui pourrait employer des maîtres non certifiés et précarisés ;
• La création des EPEP et la caporalisation des maîtres par des « super-chefs », les directeurs d’EPEP (500 postes ont été budgétisés pour cela) ;
• la suppression de la maternelle entre 2 et 3 ans, remplacée par un « jardin d’éveil » à la charge des communes et des familles, premier pas vers la suppression de la maternelle avant 5 ans, réclamée par des amis politiques du ministre.

Et voici que, début novembre, plutôt qu’une revalorisation des salaires des enseignants, M. Darcos annonce qu’il octroiera une prime de 400 euros aux maîtres qui feront passer les évaluations nationales au CE1 et au CM2.

Nous ne pouvons plus continuer à subir cette politique scolaire fondée sur la concurrence entre les élèves, entre les familles, entre les écoles et entre les maîtres. Elle est contraire à l’idéal de citoyens responsables et solidaires qui fonde notre école. Nous ne supportons plus de travailler avec une administration qui pense pouvoir nous mener à la carotte et au bâton. Si c’est là le modèle éducatif de notre ministre, ce n’est pas le nôtre, ni celui de l’école laïque et républicaine.
Nous voulons rester dignes de notre mission d’éducateur. Nous demandons que cessent la brutalité, la méfiance et le mépris. Nous demandons l’arrêt de cette politique et la démission du ministre qui l’incarne.

Et voilà, j’ai acheté le nouvel album de Tryo ! Il est vraiment, mais vraiment génial. Voilà mes chansons préférées (même si j’aurais pu toutes les mettre !) :

Une saison de trop

Ce que l’on s’aime

El dulce de leche

dark-os

Bon, un peu en retard, mais c’est l’intetion qui compte, non ?

Allez voir ici : Un cancre à l’amer

Bon, il n’y a pas grand chose de nouveau par rapport à la dernière fois, mais bon, il faut dire que c’est un sujet qui me préoccupe pas mal. J’ai trouvé un article intéressant sur un site de presse régionale (Champagne, Ardennes, Picardie), en voilà une partie :

« Dire que les IUFM vont disparaître n’est pas tout à fait vrai. Ni tout à fait faux. En fait, c’est le système de formation des maîtres qui évolue pour s’aligner sur le modèle européen. Explications.

Panique chez les futurs enseignants et chez certains personnels des instituts de formation des maîtres. La présentation des nouveaux dispositifs de concours, de formation et d’évaluation des « maîtres » – qui s’appliqueront en 2010 – a pu laisser penser que les « IUFM » disparaîtraient. « Il n’en est rien », affirme le directeur Gilles Baillat, dans son bureau du pôle Farman. »

Me voilà rassurée. Je ne voulais pas passer deux ans deux plus à Lyon. J’espère qu’aucun IUFM ne disparaîtra. Moi, c’est ici que je veux aller :

Et voilà ! C’est la pièce que l’on va jouer avec la troupe de théâtre ! Je l’avais étudiée au lycée et je l’avais trouvée géniale ! Du coup, lorsqu’on était à la recherche d’une pièce, je l’aie proposée au metteur en scène (qui est une femme mais je ne connais pas le féminin de ce mot ^^). Elle a bien plu à tout le monde et donc on la joue (même s’il faut encore attendre l’accord pour les droits d’auteur). On a du boulot, elle est quand même bien difficile et je voudrais quand même que l’on fasse honneur à cette belle oeuvre.

Voilà un petit résumé trouvé sur le site de l’auteur pour vous faire une idée : Une nuit, dans un manoir perdu de la lande normande, cinq femmes se réunissent pour instruire le procès de Don Juan. Ses anciennes victimes veulent l ‘obliger à épouser la dernière de ses conquêtes. Mais curieusement, Don Juan accepte.
La vie lui aurait-elle déjà fait ce procès ?
La fin d’un mythe ?

Il y a six femmes en tout : La duchesse qui invite toute les femmes pour le procès, la comtesse très libertine, la religieuse (mais pas tant que ça), Madame de la Tringle (une romancière), Mme Cassin (la femme d’un important commerçant) et Marion (la domestique). Il y a trois hommes : Don Juan (vous l’aurez deviné), Sganarelle (aussi ^^), et le chavalier. Moi je joue la religieuse, Hortense de Hauteclaire. Voilà, j’espère que je serai à la hauteur. C’est un rôle assez drôle, je ne devrais pas m’ennuyer !

Voilà, j’ai le BAFA ! Enfin presque… Il faut encore mon dossier passe devant une comission mais comme mes trois stages ont été validés, il ne devrait pas y avoir de problème.

Comme vous le savez peut-être, pour avoir le BAFA il faut faire trois stages : un stage de base théorique, un stage pratique et un stage d’approfondissement théorique.

J’ai passé mon stage de base avec les Francas (il y a plusieurs organismes pour le passer). Je dois dire que ça a été vraiment horrible. On était beaucoup trop et l’ambiance était vraiment mauvaise. Les formateurs nous mettaient vraiment la pression. On travaillait tous les soirs jusqu’à 23h même plus pour finir ce qu’ils nous avaient demandé. Bref, une horreur. C’est pour ça que j’appréhendais pas mal le stage d’approfondissement.

J’ai fait mon stage pratique dans un centre de loisirs petite enfance (3-6ans). J’y suis resté trois semaines. C’était vraiment sympa. Avec les petits, on peut moins faire d’activités mais ils sont tellement mignons. On a fait pas mal de sorties. On avait un thème sur la nature. C’était tranquille et pas du tout stressant.

Et j’ai donc passé mon stage d’approfondissement petite enfance en octobre. Par contre j’ai changé d’organisme et je l’ai fait avec les CEMEA qui est une association pour l’éducation nouvelle. C’était vraiment génial. On était seulement vingt et on s’entendait vraiment bien. En plus les formateurs étaient géniaux et pas du tout stressant. Je vous conseille cet organisme si vous voulez passer le BAFA. En résumé, on a appris pleins de choses sur les besoins des 3-6ans, sur le rôle de l’animateur, sur les différentes conceptions éducatives. On a aussi découvert pleins de chansons et d’activités (on a bien joué dehors dans la neige ^^).

Bref, voilà, ça, c’est fait. Et pourquoi pas plus tard, passer le BAFD ?

J’ai eu un début de semaine difficile !

Je suis rentrée samedi soir de ma semaine de BAFA et j’ai bossé tout le dimanche pour finir mon putain de dossier d’anthropologie préhistorique. L’ennui c’est que j’avais aussi des partiels lundi et aujourd’hui et que je n’avais pas eu le temps de réviser. Je m’y suis mise dimanche soir mais en arrivant en cours lundi matin, surprise ! Des copains m’ont dit que j’avais réviser la mauvaise matière (celle de mercredi). Damned ! J’ai donc fait sauter quelques cours pour pouvoir réviser. Finalement, ça a été, enfin je crois, on verra bien.

Et aujourd’hui j’ai eu mon partiel d’anthropologie préhistorique. Ce n’est vraiment pas facile. Il y a un truc à savoir par coeur pour toutes les phrases (et j’ai 13 feuilles tapées à l’ordi s’il vous plaît). Ba, tenez, voilà mon sujet si ça vous tente ^^ : Présentez les premiers Homo sapiens d’Europe dans leur cadre chronologique, paléoenvironnemental et culturel. Ah, vous voyez ? Je crois que je m’en suis plutôt bien sortie. J’ai parlé des choses importantes. Par contre j’ai fait une grosse boulette : j’ai dit que le premier Homo sapiens en France a été découvert en 1908 alors que c’était en 1868. Je sais, c’est pas très important, mais quand même. Avec cette prof, ça rigole pas, elle fait pleurer les élèves qui passent en exposé.

Bref, j’ai encore pas mal de temps pour me rattraper mais j’en ai marre de bosser tout le temps. Je crois que je vais un peu me mettre en pause au moins ce weekend. Enfin peut-être pas. J’ai quand même un devoir à rendre en anglais, un partiel de TICE, un devoir à rendre en Enquête ethnologique et deux exposés à préparer.

Qu’on ne me dise plus que les étudiants sont des feignants !!!