Haruki Murakami est un auteur que j’adore. Ces livres sont à la fois simples et complexes. Simples parce qu’il écrit les choses comme elles sont, il a un style plutôt épuré. Et complexes parce que les intrigues sont toujours assez compliquées, qu’on s’y perd un peu. Il décrit toujours des réalités assez différentes les unes des autres, différentes de la réalité dans laquelle je vis en tous cas. Il y a toujours du fantastique mêlé à du réel. Dans La fin des temps, le personnage principal est une sorte d’ingénieur informaticien qui protège des données de manière très complexe (le shuffling), c’est un programmeur (je ne suis pas une scientifique, mais je ne crois pas que ce genre de choses existent dans la réalité…). Il rencontre des personnages assez étranges et sa vie bascule, alors qu’il voulait simplement la finir tranquillement en apprenant à jouer du violon. Il y a deux mondes dans le livre, et on se promène de l’un à l’autre sans vraiment comprendre le rapport entre les deux, ce n’est qu’à la fin qu’on entrevoit la réponse. Je trouve que Murakami à l’art des fins qui vous laissent sur votre faim… Et c’est pour ça qu’on court à la bibliothèque en chercher un autre (La course au mouton sauvage). J’ai aussi lu Les amants du Spoutnik (qui vous laisse vraiment sur votre faim), Kafka sur le rivage (très beau mais vraiment étrange) et Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil (j’ai adoré). C’est le seul auteur japonais que j’ai lu mais apparemment il est très contemporain, pas du tout dans le style classique. En tout cas je vous le conseille vraiment.

Publicités